..........retour à l'accueil.......... vers un autre poème..........

 

Lettre à Eléonore  

Voilà un mois ma mie que je vous ai quittée,

sur un navire bondé, voyageant solitaire,

laissant flotter mes rêves au gré de la marée,

tels ces oiseaux blancs sur l'écume de la mer.

Que de songes secrets m'avez-vous inspirés !

et voilà que surgit le souvenir précis

de mon cœur chavirant devant votre beauté ;

mais je noie mon chagrin sous l'embrun et vous prie

de rester sans nuance le fruit de vos pensées.

Le poids de mon absence au fin fond de votre être,

serait-ce une utopie que de l'imaginer ?

mais je vous sens frémir en lisant cette lettre

car je présume encore de ma sagacité.

D'une kyrielle d'éloges quelqu'un doit vous couvrir,

réchauffant votre cœur de sa flamme embrasée ;

mais non je désespère, vous allez me maudire,

et pardonnez-moi si je vous ai offensé.

Souffrez que je devienne la voûte de vos nuits

afin de déposer la lune à vos pieds

car dans mon firmament seule votre étoile luit

constellant mes cieux de doux reflets argentés.

Je porte mon regard vers le soleil levant

ainsi qu'il nous était, à tous deux coutumier,

et sous l'aurore, vous embrasse tendrement.

 

 

 ..........e-mail..........